L'alimentation des générations Y et Z

Description du poste de blog.

Marlène Legay

4/25/2022 0 min read

Nous sommes allées à la rencontre des étudiants et jeunes actifs pour mieux comprendre les générations Y et Z, et en savoir sur l’alimentation des jeunes et le budget alloué à ces dépenses.

Après une étude quantitative, une communauté en ligne et des entretiens, voici quelques éléments à retenir.

  • Comment élaborent ils leur panier moyen ?

Ils dépensent entre 100€ et 200€ par mois, principalement dans des produits bruts : fruits, légumes et féculents notamment.

Cependant, pour respecter leur budget des concessions sont nécessaires. La viande, les sushis ou le fromage font offices d’exceptions, et sont parfois associé à un sentiment de culpabilité enfin… pas toujours « tant pis, c’est trop bon » nous dit Julie.

Néanmoins, 25% des interviewés estiment se restreindre « souvent » et 20% des étudiants ont déjà été à des distributions alimentaires.

  • Que mangent ils ?

Ils qualifient leur alimentation « d’équilibrée » « végétarienne », « basique » et « routinière ».

Leurs plats fétiches : des pâtes, de la pizza ou encore de la raclette. Ils tentent donc d’associer plaisir et faible coût, les pâtes gourmandes (carbonara, bolognaise, etc) font alors parties leurs recettes coup de cœur.

La viande et le poisson se font plus rares dans leurs paniers. Parfois par conviction éthique ou écologique (des convictions souvent affirmées au départ du foyer familial) mais souvent pour des raisons économiques.

  • Des tendances sont-elles à observer ?

Une majorité des interviewés envisage de tendre vers un mode d’alimentation végétarien ou flexitarien.

Pour la majorité, le goût prime sur le prix. Néanmoins, nous observons que les produits bruts, malgré un temps de préparation plus conséquent sera favorisé chez les étudiants. Alors que les jeunes actifs valoriseront la provenance des produits.

Nous observons également qu’environ 24% des interviewés disent avoir des difficultés financières, mais 27% possèdent toujours de l’argent sur leur compte courant en fin de mois.

Enfin, ils ont tendance à ne pas respecter les trois repas par jour. En minorité pour des raisons économiques et en majorité par un manque de temps ou la volonté d’être à l’écoute de son corps et de ses besoins.

Ce dernier éléments pose donc une question : les normes alimentaires établies seront-elles modifiées avec la génération Z ?