Les jeunes ne veulent plus travailler

On entend fréquemment que les jeunes n'ont plus envie de travailler. Est-ce la vérité ? Nous avons été à la rencontre de centaines de jeunes pour leur poser la question et savoir ce qu'ils pensent du monde professionnel. Voici trois éléments clés à retenir.

GÉNÉRATION ZEMPLOILES JEUNES NE VEULENT PLUS BOSSERRHMONDE PROFESSIONNEL

Marlène Legay

11/3/20220 min read

𝗖𝗼𝗺𝗺𝗲𝗻𝘁 𝗹𝗮 𝗴𝗲́𝗻𝗲́𝗿𝗮𝘁𝗶𝗼𝗻 𝗭 𝗽𝗲𝗿𝗰̧𝗼𝗶𝘁 𝗲𝗹𝗹𝗲 𝗹𝗲 𝗺𝗼𝗻𝗱𝗲 𝗽𝗿𝗼𝗳𝗲𝘀𝘀𝗶𝗼𝗻𝗻𝗲𝗹 ?

▶️𝗨𝗻𝗲 𝗺𝗲́𝗰𝗼𝗻𝗻𝗮𝗶𝘀𝘀𝗮𝗻𝗰𝗲 𝗱𝘂 𝗺𝗼𝗻𝗱𝗲 𝗽𝗿𝗼𝗳𝗲𝘀𝘀𝗶𝗼𝗻𝗻𝗲𝗹 𝗲𝘁 𝗱𝗲 𝘀𝗲𝘀 𝗰𝗼𝗱𝗲𝘀 : 𝘂𝗻 𝗺𝗼𝗻𝗱𝗲 𝗱𝘂 𝘁𝗿𝗮𝘃𝗮𝗶𝗹 𝗾𝘂𝗶 𝗳𝗮𝗶𝘁 𝗽𝗲𝘂𝗿.

🌊Rassurez les en ouvrant vos portes, travaillez de concert avec les centres de formations/écoles, accueillez les de manière personnalisée, donnez la parole à vos opérationnels les plus engagés. En plus de permettre à vos équipes de transmettre le goût de leur métier, vous offrirez de la transparence aux nouveaux talents et de la reconnaissance à vos anciens collaborateurs. Et oui, quoi de plus valorisant que d’être mis à l’honneur par sa propre entreprise ?

▶️𝗨𝗻 𝘂𝗻𝗶𝘃𝗲𝗿𝘀 𝗽𝗿𝗼𝗳𝗲𝘀𝘀𝗶𝗼𝗻𝗻𝗲𝗹 𝗾𝘂𝗶 𝘀𝗲𝗺𝗯𝗹𝗲 𝗼𝗽𝗮𝗾𝘂𝗲 𝗲𝘁 𝗮𝘀𝘀𝗼𝗰𝗶𝗲́ 𝗮̀ 𝘂𝗻𝗲 𝗰𝗼𝗻𝗻𝗼𝘁𝗮𝘁𝗶𝗼𝗻 𝗻𝗲́𝗴𝗮𝘁𝗶𝘃𝗲.

🌊Faites preuve d’exemplarité, montrez tout ce que vous faites de bien, au sein et hors des murs de l’entreprise. Vous n’êtes pas parfait ? Ouf, vous êtes humains... et c'est ce qu'ils attendent de vous ! Communiquez sur vos ambitions et votre proactivité à résoudre vos problématiques. Un gage de transparence et une source indirecte d’attractivité pour les jeunes générations.

▶️𝗨𝗻 𝗺𝗼𝗻𝗱𝗲 𝗽𝗿𝗼𝗳𝗲𝘀𝘀𝗶𝗼𝗻𝗻𝗲𝗹 𝗾𝘂𝗶 𝗿𝗲𝗻𝗱 𝗰𝗼𝗺𝗽𝗹𝗲𝘅𝗲 𝗹'𝗲́𝗾𝘂𝗶𝗹𝗶𝗯𝗿𝗲 𝘃𝗶𝗲 𝗽𝗿𝗼𝗳𝗲𝘀𝘀𝗶𝗼𝗻𝗻𝗲𝗹𝗹𝗲/𝘃𝗶𝗲 𝗽𝗲𝗿𝘀𝗼𝗻𝗻𝗲𝗹𝗹𝗲.

🌊Osez la flexibilité. Et pourquoi pas réfléchir ensemble à un nouveau mode de fonctionnement ? Les échanges permettent souvent de trouver des solutions plus que satisfaisantes. De plus, l’implication et la reconnaissance intégrative (qui est l’une des principales attentes des jeunes générations) favorise l’engagement de chacun.

🔶Ce qu'il faut retenir : 𝗨𝗻𝗲 𝗰𝗿𝗮𝗶𝗻𝘁𝗲 𝗱𝘂 « 𝗺𝗲́𝘁𝗿𝗼, 𝗯𝗼𝘂𝗹𝗼𝘁, 𝗱𝗼𝗱𝗼 » 𝗺𝗮𝗶𝘀 𝗱𝗲𝘀 𝗺𝗶𝘀𝘀𝗶𝗼𝗻𝘀 𝗾𝘂’𝗶𝗹𝘀 𝗼𝗻𝘁 𝗲𝗻𝘃𝗶𝗲 𝗱𝗲 𝗿𝗲́𝗮𝗹𝗶𝘀𝗲𝗿, 𝗱𝗲𝘀 𝗲́𝗾𝘂𝗶𝗽𝗲𝘀 𝗮𝘂𝘅𝗾𝘂𝗲𝗹𝗹𝗲𝘀 𝗶𝗹𝘀 𝗼𝗻𝘁 𝗲𝗻𝘃𝗶𝗲 𝗱𝗲 𝗽𝗿𝗲𝗻𝗱𝗿𝗲 𝗽𝗮𝗿𝘁, 𝗱𝗲𝘀 𝘃𝗮𝗹𝗲𝘂𝗿𝘀 𝗾𝘂’𝗶𝗹𝘀 𝘀𝗼𝘂𝗵𝗮𝗶𝘁𝗲𝗻𝘁 𝘃𝗲́𝗵𝗶𝗰𝘂𝗹𝗲𝗿… 𝗔𝗹𝗼𝗿𝘀, 𝗾𝘂𝗶 𝗮 𝗱𝗶𝘁 𝗾𝘂𝗲 𝗹𝗲𝘀 𝗷𝗲𝘂𝗻𝗲𝘀 𝗻𝗲 𝘃𝗼𝘂𝗹𝗮𝗶𝗲𝗻𝘁 𝗽𝗹𝘂𝘀 𝗯𝗼𝘀𝘀𝗲𝗿 ? Simplement, ils ont envie de travailler avec de nouveaux modes de travail, de nouveaux codes professionnels qui ne sont plus fidèles à ceux portés par des générations plus anciennes.